top of page

À propos du contrôle mental.

L’enracinement permet la détente, l’ancrage favorise le lâcher-prise, et la connexion s’ouvre par la vacuité. Telles sont les différents étapes qui ouvrent l’accès à notre multidimensionnalité naturelle dans l’instant présent. Et ce qui l’empêche est le contrôle mental et ses dérivés artificiels.

Le mental est notre part qui réfléchit, qui pense, qui décide, qui contrôle ou qui maîtrise. La partie proche des émotions élabore des idéologies. En effet, derrière le costume de la rationalité, du matérialisme, de la performance, de la rentabilité, de la compétitivité, etc. il est facile de discerner que des émotions de basses fréquences sont au commande. L’avidité, l’orgueil, la cupidité, la volonté de puissance, le mépris du faible, la peur de l’autre, de l’inconnu, de la mort, le fanatisme, etc. Cette science sans conscience est destructrice, limitante, conditionnante, involutive.


La loi du plus fort entraîne les guerres incessantes des egos et alimentent de nombreuses entités prédatrices et de puissants égrégores.

Ce niveau de conscience empêche l’accès à la partie intellectuelle, logique. Car à ce stade, toutes les croyances tombent. Les ressorts de ce niveau sont l’amour de la connaissance, la curiosité, l’émerveillement que procure la compréhension de l’univers, le plaisir de développer des capacité telles que sa concentration et son intelligence, la joie de découvrir des voies nouvelles et encore inexplorées.


Il existe un troisième étage qui est piloté par l’intuition et les facultés supérieures, dont la télépathie. Ce plan est l’interface entre les plans matériels et le niveau de l’Âme universelle, notre conscience supérieure. C’est à cet étage que l’apprentissage des modulations de notre conscience permet d’explorer l’univers multidimensionnel et d’atteindre la Source pure de notre Esprit solaire.


Revenons au contrôle mental. L’image de la corrida permet d’illustrer parfaitement le propos.

Voici la description qu’en donne wikipedia: https://fr.wikipedia.org/wiki/Corrida .

"Une corrida commence par un paseo, le défilé initial de tous les participants. Le combat se divise ensuite en trois parties, trois tercios (« tiers ») : au cours de la première partie, le tercio de pique, deux picadors affrontent le taureau et le blessent à l'aide d'une longue pique, ce qui permet à la fois de l'affaiblir et d'évaluer son comportement. Au cours du deuxième tercio, le tercio de banderilles, des banderilleros, voire le matador lui-même, plantent trois paires de banderilles dans le dos du taureau. Enfin, lors du troisième tercio (la mise à mort proprement dite), le matador, après une faena, une série de passes exécutées avec sa muleta, met à mort le taureau par l'estocade portée avec son épée."


Le défilé conditionne les participants au spectacle et ses acteurs. Il parle d’un niveau de conscience.

Les picadors représentent les prédateurs énergétiques qui foisonnent dans les plans éthérique et émotionnel, appelés parfois astral inférieur.


Les banderilles sont des implants énergétiques qui affaiblissent la victime. En général, il y a la peur, le doute, la violence, etc. Ces implants peuvent créer des trous dans le corps énergétique qui apparaissent comme des pointes noires, ou différentes formes et couleurs. Il existe également des implants profondément enfouis dans le cortex éthérique. Ce thème mérite un sujet à lui seul.


Le drap rouge, la muleta est le contrôle mental lui-même. Il peut être séduisant ou inciter à la colère et à la peur, faire ressurgir des débordement émotionnels qui empêchent de réfléchir. Ainsi la victime n’a pas conscience qu’elle est manipulée, et n’a ni le réflexe ni l’idée de s’en prendre à son bourreau. Elle fonce d’elle-même vers sa propre perte. Le bourreau peut ainsi assurer sa domination en affirmant que la victime a donné son consentement.


Chaque instance de la corrida se retrouve en chacun de nous lorsque notre conscience se limite à notre ego et à ses conditionnements.


Et sur le plan collectif, toute ressemblance entre la corrida et les plandémies planétaires n’est pas du tout fortuite. Cette situation révèle sur grand écran ce que nous ne voulons pas voir en nous, ce qui se tapit dans nos inconscients individuels et collectifs.


Mais la finalité de la destinée n’est-elle pas autre que celle de nous inviter à l’Éveil ? C’est à dire à faire face à nos ombres et à rayonner notre lumière ? Autrement dit, à nous relier directement à notre Âme et à notre Esprit -Source ? À rejoindre le réseau des êtres qui œuvrent pour l'émergence de la nouvelle humanité ?

À suivre…


8 vues0 commentaire

Comments


bottom of page