top of page

Harmoniser le plan émotionnel : l’état des lieux (partie 1).

Notre nature émotionnelle est d’une grande richesse. Tout d’abord elle est source d’inspiration, de plaisirs, de distractions, de vivance et de spontanéité. Elle nous relie à la splendeur de la nature et à la beauté de l'univers. Elle nourrit nos relations les plus intimes et les plus profondes. Elle est par essence le canal de l’Amour, de la dévotion, de l’illumination.


Mais nous pouvons constater que notre émotionnel n’est pas toujours connecté à nos dimensions supérieures et qu’il est alors la proie de souffrances psychiques, que les psy (psychothérapeutes, psychiatres, psychologues, psychanalystes) appellent névroses.


La grille de lecture de ces professionnels et le travail qu’ils réalisent sont certes très pertinents et documentés. Mais probablement insuffisants s’ils n’intègrent pas les dimensions supérieures de l’humain. Analyser la personnalité humaine déconnectée de son Âme, c’est un peu commenter les affres d’un poisson qui a bondi hors du lac, sans avoir l’idée de le remettre à l’eau. C’est certainement intéressant et utile. Mais ce n’est ni pratique, ni efficace.


La diapositive ci-dessous résume la situation dans laquelle se trouve l’étage émotionnel en souffrance. L’image montre un oiseau dans la mâchoire ouverte d’un crocodile.


Le crocodile représente l’égrégore de la peur, de ses dérivés violents et des entités qui s’en alimentent.

La partie supérieure de la mâchoire est le côté dominant du prédateur, soit le contrôle totalitaire du mental, qui cherche à imposer sa vision arrogante par tous les moyens possibles. Le côté inhumain, impitoyable de l’empire Luciférien est représenté par certains régimes politiques anciens et actuels, tantôt costumés et mis en scène avec de nombreux exemples historiques et contemporains, tantôt déguisés et dissimulés, comme dans "l’état profond" derrière de soi-disant démocraties.

Les bourreaux combinent la blessure d’injustice qui les rend insensibles et rigides, et la blessure de trahison qui les rend contrôlants jusqu’à la paranoïa. Les représentations des Reptiliens en donnent une image très parlante.


Ils contrôlent la technologie, l’armement, l’industrie, la science et les développent dans le sens qui les arrange et leur permet d’accumuler de plus en plus de pouvoir et de richesse. Ils attisent les guerres pour leur plus grand profit et jouent un rôle majeur sur l’échiquier planétaire. Leur arrogance semble sans limite. Ils créent un monde artificiel.


La mâchoire inférieure représente le Satanisme qui règne par la transgression, la perversion, l’emprise, les addictions, ce qui provoque l’avilissement et la déchéance de ses victimes. On le voit beaucoup à l’œuvre dans le milieu du spectacle ou les dérives s’affichent ouvertement, et tentent de banaliser, voire de normaliser ces déviances. Mais aussi en politique lorsque la frontière entre les mafias et le pouvoir est plus que poreuse. Il y a aussi les pseudo-religions, pseudo-spiritualité, pseudo-philosophes qui justifient des pratiques violentes qui s’apparentent à des sacrifices humains. Le Satanisme entraîne les êtres dans les recoins les plus obscurs de leur propre enfer.


On trouve sur internet des images de Maïtres, grand Gris ou autres dénominations, dont l’expression est sans équivoque : c’est l’image même de l’horreur. Oubliez les câlins, et courrez le plus vite possible, si vous le pouvez encore !


L’émotionnel est donc pris en tenaille entre les blessures d’injustice et de trahison, d’humiliation, de rejet, d’abandon. Je me réfère ici aux recherches Wilhem Reich, Alexander Lowen, John Pierrakos, dont les travaux ont été vulgarisés par Lise Bourbeau.


Au niveau subtil, l’émotionnel déconnecté de l’Âme est sous l’emprise des égrégores de notre inconscient collectif et des entités prédatrices qui s’en délectent.


Comment libérer notre émotionnel ? C’est le sujet de notre prochain post ! Donc à suivre…

1 vue0 commentaire
bottom of page