top of page

La conquête du monde passe après la maîtrise de soi.

Dernière mise à jour : 18 mars

Je réponds ici à une question : « à quoi sert notre incarnation humaine dans ce monde (en souffrance)? »


Nous vivons une période de mutations profondes et rapides, voire brutales, dans tous les domaines de notre vie. C’est une période au cours de laquelle l’évolution s’accélère et invite à aller de plus en plus vers soi, en profondeur. C’est comme dans le manège du tourniquet, où tout ce qui n’est pas centré est éjecté et s’effondre.



Je vous propose donc des Éléments de conscience et des pratiques qui visent à danser avec tous ces changements.


Passer de la survie à la Vie.

Il y a deux phases dans notre incarnation.

La première est la constitution de notre corps et de notre personnalité qui l’on appelle parfois d’individualisation. Elle permet de survivre dans ce monde matériel.

La deuxième est le pilotage de cette incarnation depuis nos dimensions supérieures. Il est alors question de l’Âme, du Soi, de l’Esprit, de la Conscience pure, de la Super ou Supraconscience, etc.


Ce qui pose deux problèmes.

L’oubli de notre nature profonde nous maintient dans la survie et dans la dépendance vis à vis du monde extérieur. Avec une sensation de vide intérieur et de non-sens qui pousse à l’autodestruction. Au lieu de développer notre connexion au Soi et nos capacités psychiques telles que l’intuition, la télépathie, les claires perceptions, la télékinésie, etc.


Faute d'agir à partir de l’être, la conscience personnelle est alors tournée vers l’extérieur en cherchant (vainement) à combler ses besoins et ses manques. Par exemple en soumettant notre souveraineté à des directeurs, à des instructeurs, à des experts, et à toutes sortes d’organisations. 

Nous alimentons ainsi un égrégore de domination, d’hyperconsommation qui aboutit à la prolifération de toutes sortes de faux besoins, d’envies, de déviances, de courses aux armements, soit autant d’illusions de puissance.



Sans maîtrise de soi, la conquête du monde est une pure illusion qui alimente le cycle incessant des guerres à répétition.


Incarner la meilleure version de nous-même.

Piloter notre vie depuis notre nature supérieure passe par le corps. Avant de vouloir changer quoi que soit dans le monde, il est essentiel de maîtriser notre personnalité, d’écouter, de bien sentir et de régénérer notre corps.


Or cette maîtrise ne peut venir de la volonté personnelle ni du développement de notre ego. En effet, celui-ci est conditionné par l’extérieur.

Il faut donc demander à notre nature supérieure de transmuter notre moi incarné pour qu’il devienne l’incarnation de notre propre divinité.


Il y a plusieurs étapes et de nombreux chemins. Il faut s'enraciner profondément dans la Terre, s'ancrer, se connecter à la vraie lumière, s'aligner, rayonner et intégrer cellulairement les informations et les énergies de transmutation. En quelque sorte, il s'agit de générer un corps de lumière.



La conquête du monde passe après la maîtrise de soi qui permet, ensuite, de rayonner et de changer le monde autour de soi. Il est donc de la plus grande importance de demander, de permettre puis de piloter ce travail sur soi depuis nos dimensions supérieures. Avec l’idéal d’incarner de plus en plus la meilleure version de nous-même.




Pratiquer l’Alchimie intérieure.

Les Éléments dont il est question ici ne sont pas ceux dont il est question en physique. Je fais référence à l’esprit des Éléments qu’on appelle selon les références culturelles, Anges ou Dévas. Voici quelques invocations à moduler selon votre inspiration.


« J’offre au Feu ce qui doit être mis en lumière et transmuté. »



Ainsi, jetez au Feu le papier sur lequel vous avez indiqué ce que vous voulez résoudre, observez comment le Feu augmente son rayonnement, réduit en cendre ce qui ne peut éclairer, renvoie de la chaleur et donne de l’énergie.

Puis remerciez et observez son message.


« J’offre à la Terre ce qui doit être guéri, fertilisé, enraciné, nourri, bâti, soutenu et structuré. »



Observez comment la vie émerge de la Terre, remerciez pour cette offrande et sentez-en la saveur.


« J’offre à l’Eau ce qui doit être hydraté, nettoyé, bercé, stimulé. »



Observez les différents états de l’Eau et son impact sur les différents milieux dans lesquels elle se diffuse. Remerciez et goûtez et buvez son message.


« J’offre à l’Air ce qui doit se libérer, s’alléger, s’expanser, s’envoler, devenir transparent, être capable de transmettre clairement et de relier tous les êtres. »



Suivez le mouvement de l’Air autour de la planète et au-delà, jusque dans les turbulences des nébuleuses stellaires et dans la danse des galaxies. Remerciez et écoutez son message subtil.


Maîtriser la loi des contrastes.

Nous vivons sur une planète qui nous permet d’expérimenter la dualité, la séparation et l’alternance des opposés. C’est la loi du changement très bien illustrée dans le symbole du Taijitu 太極圖.



L’une des conséquences est que le principe d’Archimède s’applique également au travail spirituel. Ainsi, si vous transmutez en vous une énergie de basse fréquence (le mensonge, le doute, l’avidité, les violences, les abus, les dépressions, l’ennui, la culpabilité, la honte etc.) les parasites énergétiques chercheront à incorporer un maillon faible de votre entourage pour vous pousser à rentrer dans le rang des victimes, des bourreaux ou des sauveteurs.


Ce n’est pas parce que ces entités sont invisibles sont considérées comme des superstitions ou complètement ignorées qu’elles sont privées de leur pouvoir, bien au contraire.


Ces fameuses tentations ne font que tester notre détermination et notre paix intérieure. Ainsi, tout ce qui n’est pas profondément enraciné et ancré est tout simplement balayé. D’où l’expression : « Après l’extase, la lessive. »


Ces contrastes sont donc les bienvenus, si nous nous posons en tant que sportifs spirituels car ils nous permettent de développer nos qualités, nos talents, notre puissance intérieure, notre connexion à notre Source, d’améliorer notre caractère et d’apaiser notre relation aux évènements du monde extérieur.




Enraciner les Éléments.

Pour rendre la pratique des Éléments consistante et solide, il est bon de la combiner à nos piliers. Je rappelle que les piliers se placent sur deux axes.



  1. Celui de l’équilibre entre la gauche et la droite. À droite, la transmutation qui permet de gérer les impacts, à gauche la compassion guérit nos blessures.

  2. Celui de la direction, sur l’axe qui va de l’avant vers l’arrière. L’avant permet de voir le chemin et d'avancer avec discernement et avec équanimité. Notre intuition et notre médiumnité dirigent le mouvement à partir de l’arrière.


  • À votre droite, posez le pilier de la transmutation qui libère des entraves et des illusions. Vous pouvez donc y mettre l’Élément Air.

  • À votre gauche, se trouve le pilier de la compassion, de l’Amour qui guérit tout. L’Élément Terre y trouve naturellement sa place.

  • Devant vous, posez un pilier de lumière qui éclaire le chemin. C’est donc une place toute indiquée pour l’Élément Feu qui illumine. Ce qui développe la confiance et l’équanimité.

  • À l’arrière, se trouve le pilier de l’intuition qui relie l’Esprit Ciel : le Soleil dans l’espace infini, et l’Esprit Terre : notre Centre. L’Élément Eau permet cette reliance, de la source aux nuages.


Faire tourner la roue des Éléments et danser avec la Vie.

Ces axes se rejoignent au centre. Nous pouvons alors les amener à nos différents niveaux de conscience, symbolisés par les chakras. Et ainsi, les harmoniser énergétiquement.



Bien entendu, notre Conscience pure, via notre intuition, est très créative. Par exemple, l’Élément Feu peut non seulement illuminer, mais aussi transmuter à gauche, fournir de l’énergie à l’arrière, et réchauffer au coin du feu à gauche.


L’Eau peut montrer des attributs différents selon le pilier dans lequel nous la plaçons. Pour l’équanimité, elle est pure et s’écoule. Pour transmuter, elle lave, nettoie, élimine. Avec compassion elle hydrate. Dans l’intuition, elle change d’état et épouse toutes les formes, de la glace au nuage.


Idem pour l’Air et pour la Terre qui peuvent avoir des fonctions de direction, de transmutation, de compassion et d’orientation.


En ce qui concerne l’Air, pensez aux navires à voile, aux tourbillons et aux cyclones qui emportent tout, à l’air pur et vivifiant des montagnes, aux aéronefs.


Les chemins de Terre permettent d'avancer, c’est dans la Terre que les déchets et les cadavres sont recyclés, c’est la Terre qui crache ses volcans dont les cendres et les écoulements créent des îles, des continents et fertilisent le sol sur lequel la vie se renouvelle et se développe.


La maîtrise de soi passe donc par l’écoute subtile du corps à travers lequel la Conscience pure peut se manifester, communier et danser avec la Vie.



18 vues0 commentaire

Comments


bottom of page